The Limited Times

Now you can see non-English news...

Vaccination : bientôt des rendez-vous sans distinction entre Pfizer et Moderna ?

2021-04-14T11:22:54.227Z

Le vaccin américain Moderna, parfois confondu avec l’AstraZeneca, trouve moins facilement preneur que son « quasi jumeau » à ARN messager Pf Les vaccinodromes du stade de France (Seine-Saint-Denis) et de Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines) ont fait l’expérience ce week-end d’une certaine méfiance vis-à-vis du vaccin Moderna. Une observation aussi remontée par des médecins de terrain qui nous alertent sur le fait que les patients « ne veulent que du Pfizer », quitte à s’attribuer des pathologies fictives pour accéder à certains centres



Les vaccinodromes du stade de France (Seine-Saint-Denis) et de Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines) ont fait l’expérience ce week-end d’une certaine méfiance vis-à-vis du vaccin Moderna. Une observation aussi remontée par des médecins de terrain qui nous alertent sur le fait que les patients « ne veulent que du Pfizer », quitte à s’attribuer des pathologies fictives pour accéder à certains centres.

Comme les élus locaux et les soignants, le ministère de la Santé a été interloqué par cette situation et souhaite rassurer sur ce vaccin contre le Covid-19. « L’adhésion à Moderna est très forte », estime en préambule l’instance, malgré un taux d’injection des doses reçues de seulement 60 %. Ce dernier s’explique en partie par la périodicité des livraisons, selon le ministère, mais un vaccinateur constate : « On se retrouve avec des stocks et des stocks de Moderna. »

Le vaccin américain est l’un des deux premiers autorisés en France, dès le 8 janvier 2021. Ce sérum repose sur la même technologie à ARN messager que celui de Pfizer/BioNTech et affiche les mêmes résultats selon toutes les études cliniques. « Il y a eu un peu de remous la semaine dernière, parce qu’on mettait plus de temps à écouler les rendez-vous Moderna que Pfizer, reconnaît le ministère de la Santé. C’est une aberration que les rendez-vous soient pris à des rythmes différents sur ces deux vaccins. Ce sont des frères jumeaux. Ils ont exactement les mêmes caractéristiques et pourraient être interchangeables. Ce serait une aberration qu’il y ait une moindre adhésion, il faut faire passer le message. »

« Moderna ? Je connais moins »

Les raisons du désamour relatif de Moderna restent assez floues. « Il y a une confusion avec AstraZeneca (NDLR : dont le lancement a subi de nombreux aléas) qui est peu quantifiable », explique la rue de Ségur. Une certaine méconnaissance de la marque, dans l’ombre du géant Pfizer pourrait aussi expliquer la situation. A peine plus de 800 000 Français ont reçu au moins une dose de Moderna, contre plus de 7 millions pour Pfizer.

VIDÉO. Au Stade de France, Pfizer mène au score sur Moderna, pour les futurs vaccinés

« Mon médecin m’a dit que je pouvais me faire vacciner, mais ne m’a pas précisé avec lequel, explique Guillherm, venu prendre mardi des renseignements au centre de vaccination de Courbevoie (Hauts-de-Seine). J’ai entendu dire que Pfizer était bien. Moderna ? Je connais moins. » Même tendance chez Nathalie, qui quitte le centre sportif sans rendez-vous : « Je sais qu’il faut se faire vacciner, avant tout. C’est vrai que Pfizer semble le plus fiable, ce qu’on entend sur AstraZeneca met un petit doute à propos des effets secondaires. Moderna, c’est celui avec une seule dose, non ? » Une confusion avec Johnson&Johnson que l’habitante accueille d’un soupir : « On lit et entend beaucoup de choses, peut-être trop, on ne sait plus trop. »

LIRE AUSSI > Le Janssen stoppé avant même son arrivée

Face à cette situation, le ministère de la Santé envisage de durcir le ton : « Si on se rend compte qu’il y a des difficultés sur la prise de rendez-vous de Moderna, on ne s’interdit pas de ne plus laisser le choix dans les centres de vaccination entre les deux vaccins à ARN messager au moment de la prise de rendez-vous. » Concrètement, sur Doctolib, le sérum ne serait plus mentionné, mais seulement « ARN messager » ou « AstraZeneca ». Reste à savoir si cette décision ne risquerait pas d’inciter certains patients à faire demi-tour au dernier moment, comme cela a parfois été le cas pour le vaccin anglo-suédois.

Newsletter Coronavirus

Le point sur l'épidémie de Covid-19

S'inscrire à la newsletterToutes les newsletters

Sur le terrain, des motifs parfois quelque peu irrationnels viennent s’ajouter à l’équation. Ainsi, une rumeur circule dans la communauté juive selon laquelle Israël n’autoriserait l’accès à son territoire qu’aux personnes ayant reçu Pfizer, le sérum qui a permis au pays de devenir le numéro un mondial de la vaccination. « On a aussi beaucoup entendu cette rumeur et elle est complètement fausse, nous explique l’ambassade d’Israël à Paris. On reconnaît tous les vaccins, que ce soit Pfizer, Spoutnik, AstraZeneca ou les autres. D’ailleurs, ce n’est pas le vaccin qui est vérifié, mais la présence d’anticorps, par le biais d’un test sérologique qui permet de sortir de l’isolement obligatoire à l’arrivée. »

Source: leparis

All life articles on 2021-04-14

Similar news:

You may like

News/Politics 2021-04-15T05:14:11.267Z

Trends 24h

Life/Entertain 2021-06-20T03:29:45.532Z
Life/Entertain 2021-06-20T21:49:25.684Z

Latest

© Communities 2019 - Privacy