The Limited Times

Now you can see non-English news...

Paris: grosse colère chez les artistes de la place du Tertre

2021-04-14T14:20:34.598Z

Changement de régime pour les peintres, portraitistes et caricaturistes de la butte Montmartre. Au programme, la suppression du concours de « Après une année chaotique, on vient de nous porter le coup de grâce. » Parmi les quelque 300 artistes de la place du Tertre, au sommet de la butte Montmartre (XVIIIe), la colère le dispute à l’amertume : convoqués à une réunion Skype organisée par la Ville et la DAE (Direction de l’attractivité et de l’emploi), le 30 mars dernier, les représentants des peintres, portraitistes et caricaturistes,



« Après une année chaotique, on vient de nous porter le coup de grâce. » Parmi les quelque 300 artistes de la place du Tertre, au sommet de la butte Montmartre (XVIIIe), la colère le dispute à l’amertume : convoqués à une réunion Skype organisée par la Ville et la DAE (Direction de l’attractivité et de l’emploi), le 30 mars dernier, les représentants des peintres, portraitistes et caricaturistes, ont découvert le sort qui leur sera désormais réservé, à partir du 30 juin.

En application d’une ordonnance européenne de 2017, (inappliquée, semble-t-il, ailleurs qu’à Paris) prévoyant la mise en concurrence des activités économiques sur l’espace public, la mairie s’apprête à modifier l’organisation du carré des artistes de la place du Tertre.

Sélection sur dossier

En conséquence, « alors qu’auparavant, la mise en place d’un concours d’Arts plastiques (organisé par l’Ecole d’Arts appliqués d’Ivry, dans le Val-de-Marne) garantissait un renouvellement qualitatif et pérenne, transparent et indépendant, la mairie vient d’en décider autrement. L’ensemble des autorisations sera soumise au dépôt d’un dossier directement auprès des services de la mairie », détaillent les artistes.

Les élus du tourisme, de l’attractivité et de l’emploi, de la voirie, le représentant du préfet feront partie du comité de sélection et d’attribution. Le maire du XVIIIe gardant une voix prépondérante sur le choix final des peintes et portraitistes.

LIRE AUSSI > Paris : la colère des artistes de Montmartre privés de la place du Tertre

« Alors que l’ordonnance européenne demande, à juste titre, plus de transparence et d’équité, analysent les intéressés, la sélection sur dossier sera évidemment opaque et partiale. » « C’est le retour du copinage, taclent les artistes. Une aubaine, aussi, pour les fraudeurs, qui présenteront de faux dossiers dans le but d’obtenir une autorisation pour pouvoir vendre sérigraphies et autres toiles faites en Chine en toute impunité. »

« Avec un avenir de sept ans seulement, on nous prive d’horizon : dans ces conditions, l’activité artistique menée sur la place deviendra une activité d’appoint, et beaucoup consacreront l’essentiel de leur travail à d’autres débouchés plus pérennes, continuent les artistes. La place y perdra inévitablement de son activité, de son bouillonnement et de son attractivité remettant en cause, à terme, une grande partie de l’économie du quartier. »

Disparition d’emplacements

Autre motif de récriminations : la suppression programmée de 25 espaces de création. Alors que la place continue à être très largement occupée par d’immenses terrasses dressées par les restaurateurs du Tertre qui occupent 80 % du carré, les peintres se voient proposer 20 centimètres carrés de plus chacun… Mais au prix de la disparition d’emplacements.

Newsletter L'essentiel du 75

Un tour de l'actualité à Paris et en IDF

S'inscrire à la newsletterToutes les newsletters

LIRE AUSSI > Paris : les peintres ne peuvent pas « encadrer » la future place du Tertre

Reconnaissant la suppression des places, la Ville, de son côté, se veut rassurante : « Le nouveau règlement, affirme-t-elle, prend à la fois en compte les évolutions législatives et le besoin des artistes d’avoir une visibilité sur leur avenir : la même redevance sera maintenue pour tous, et chacun aura un emplacement plus grand. Dès que cinq places seront vacantes, nous organiserons un appel à propositions sur dossier et en prenant en compte l’expérience des postulants. Les lauréats bénéficieront d’une durée d’autorisation dérogatoire de sept ans. »

L’ordonnance devrait être présentée en Conseil de Paris ces prochains jours. En attendant, les artistes ont confié l’affaire à un cabinet d’avocats, qui a déjà expédié un courrier à la mairie de Paris et à celle du XVIIIe. Ils envisagent une action en justice.

Source: leparis

All news articles on 2021-04-14

Similar news:

You may like

Trends 24h

Latest

© Communities 2019 - Privacy