The Limited Times

Now you can see non-English news...

Coupe d’Europe de rugby : Kotaro Matsushima, premier rugbyman japonais à percer en France

2021-04-11T06:55:38.523Z

Kotaro Matsushima, l’arrière japonais de Clermont qui reçoit ce dimanche Toulouse en quart de finale de Coupe d’Europe, fait des étincelles Le rugby japonais, ce n’est plus du folklore, c’est du sérieux. Les performances du Japon lors des deux dernières Coupe du monde l’avaient démontré (victoire en poule contre l’Afrique du Sud en 2015, qualification en quart de finale en 2019). En France, un phénomène venu du pays du Soleil levant est en train de le confirmer. Samedi 3 avril, Kotaro Matsushima a jailli dans un intervalle à la 84e mi



Le rugby japonais, ce n’est plus du folklore, c’est du sérieux. Les performances du Japon lors des deux dernières Coupe du monde l’avaient démontré (victoire en poule contre l’Afrique du Sud en 2015, qualification en quart de finale en 2019). En France, un phénomène venu du pays du Soleil levant est en train de le confirmer. Samedi 3 avril, Kotaro Matsushima a jailli dans un intervalle à la 84e minute du match de huitième de finale de Coupe d’Europe contre les Wasps de Londres et, malgré trois joueurs sur le râble, est venu planter l’essai de la gagne avec autorité.

L’ASM Clermont s’est qualifiée et affrontera, sur sa pelouse du stade Marcel-Michelin, le Stade toulousain dans un choc franco-français qui promet beaucoup (ce dimanche à 16 heures sur France 2). Le genre d’affiche qui n’est pas près d’effrayer Kotaro Matsushima.

A 28 ans, cet arrière insaisissable né en Afrique du Sud d’un père zimbabwéen et d’une mère japonaise a déjà beaucoup bourlingué, en jouant dans les meilleures provinces du Japon, de l’Afrique du Sud et de l’Australie, et en ayant déjà disputé deux Coupes du monde.

Toulouse a failli le recruter il y a dix ans

Avant d’être la recrue phare de Clermont cette saison (le club auvergnat l’a fait signer dès janvier 2020, au sortir de sa Coupe du monde étincelante à domicile où il avait inscrit cinq essais), Matsushima avait même déjà tenté l’aventure en France. C’était… à Toulouse. A l’essai chez les moins de 19 ans du Stade toulousain à l’automne 2011, il n’a finalement fait qu’un passage éclair. « La première semaine s’est plutôt très bien passée parce qu’il était au-dessus des autres mais il s’est déchiré les ischio-jambiers et il a ensuite préféré repartir chez les Natal Sharks en Afrique du Sud », explique à l’AFP Michel Marfaing, directeur sportif du centre de formation du Stade toulousain.

Dix ans après, Matsushima retrouvera donc Toulouse sur la pelouse avec un tout autre statut. Car avant son exploit en fin de match contre les Wasps, Matsushima avait déjà porté son club depuis le début de la saison de Top 14. Auteur de 10 essais en 19 titularisations, celui que ses coéquipiers surnomment « Mat’s » s’est vite adapté et a gagné sa place à l’arrière, son poste de prédilection, laissant les ailes à Alivereti Raka et Damian Penaud.

Cette intégration réussie est passée par un gros travail physique : depuis son arrivée en Auvergne en juin 2020, il avoue avoir pris 6 à 7 kilos de muscles ! « Le Championnat de France et la Coupe d’Europe sont des compétitions qui sont très différentes de ce que j’ai pu connaître ailleurs dans ma carrière. Il y a une dimension physique très importante qu’il a fallu appréhender dans ma manière de jouer, expliquait-il sur le site de son club. Je suis en train de m’habituer à cette dimension, la densité et la sévérité des contacts. Je me sens de plus en plus à l’aise. »

80 000 nouveaux followers venus du Japon pour le club

Une adaptation qui satisfait Franck Azéma, le manager clermontois, qui ne se dit « pas surpris » par la réussite de ce joueur, un « choix sportif ». Une précision qui a son importance, car certains ont pu penser que ce recrutement était avant tout un choix économique. Le rugby se développe au Japon, et l’ASM peut espérer y capter un nouveau public. Le club confirme d’ailleurs avoir gagné environ 80 000 followers venus du Japon sur les réseaux sociaux depuis la signature de Matsushima. Et l’agence de presse Kyodo News suit tous les matchs de la star japonaise, à Clermont et à l’extérieur.

Newsletter L'essentiel du matin

Un tour de l'actualité pour commencer la journée

S'inscrire à la newsletterToutes les newsletters

L’attraction médiatique avait été la même lors de la signature d’un autre arrière japonais, Ayumu Goromaru, à Toulon, en 2016. « Ce qui est sûr c’est qu’il a fait vendre les droits du Top 14 au Japon, se souvient Mourad Boudjellal, président du RCT à l’époque. La Ligue nationale a dû récolter entre 250 000 et 300 000 euros grâce à ça. Il était suivi en permanence par des médias japonais ici à Toulon. C’était une star là-bas, comme Matsushima. » Mais pour Goromaru, l’expérience sportive a tourné court (cinq matchs et aucun essai en une saison). « Il n’avait sans doute pas le niveau », tacle Boudjellal. Au contraire de Kotaro Matsushima, qui est lui en train de faire gagner son pari à Clermont.

Source: leparis

All sports articles on 2021-04-11

You may like

News/Politics 2021-04-15T10:02:29.438Z
News/Politics 2021-04-09T18:37:43.286Z

Trends 24h

Latest

© Communities 2019 - Privacy