The Limited Times

Now you can see non-English news...

Faux jumeaux et frères ennemis, le PSG et Manchester City à nouveau face à face

2021-04-15T04:41:51.348Z

Après Barcelone et le Bayern, le Paris-SG affrontera une autre vieille connaissance en demi-finales de C1. «On attend encore de savoir contre qui on jouera, mais notre ambition est d’aller en finale, de gagner le tournoi», claironnait Nasser Al-Khelaïfi, mardi, après la qualification parisienne face au Bayern Munich. Le président qatari du PSG et ses joueurs sont fixés : ce sera Manchester City. Bousculés mais vainqueurs à l’aller à l’Etihad Stadium (2-1), les Skyblues de Pep Guardiola ont de nouveau d



«On attend encore de savoir contre qui on jouera, mais notre ambition est d’aller en finale, de gagner le tournoi», claironnait Nasser Al-Khelaïfi, mardi, après la qualification parisienne face au Bayern Munich. Le président qatari du PSG et ses joueurs sont fixés : ce sera Manchester City. Bousculés mais vainqueurs à l’aller à l’Etihad Stadium (2-1), les Skyblues de Pep Guardiola ont de nouveau disposé du Borussia Dortmund mercredi (1-2), en Allemagne, lors des quarts de finale retour de Ligue des champions, en étant de nouveau chahuté et même menés au score en début de rencontre. Le match aller aura lieu le mardi 27 avril, à Paris, sauf délocalisation pour raison sanitaire. Retour le mercredi 5 mai, en Angleterre cette fois. 

«Ibra» en échec, les errements de Laurent Blanc

Paris Saint-Germain contre Manchester City, c’est une opposition de style, un choc entre deux nouveaux riches et… des retrouvailles, encore. Après s’être vengé du Barça et du Bayern aux tours précédents, les Parisiens auront en effet l’occasion d’effacer le douloureux souvenir de l’élimination face à ces mêmes Cityzens, en 2016. A l’époque, les deux équipes étaient bien différentes. Le PSG était par exemple encore emmené par Zlatan Ibrahimovic, lequel avait manqué un penalty à l’aller, à Paris (2-2). Pour ce qui concerne le retour, on se souviendra du but de Kevin de Bruyne et des choix étonnants de Laurent Blanc (1-0). La réintégration forcée de Serge Aurier, quelques semaines après ses insultes envers son entraîneur sur les réseaux sociaux, avait également agité Paris Saint-Germain en amont de ce duel franco-anglais aux allures de bataille entre voisins et rivaux du Golfe, les deux clubs battant respectivement pavillon qatari et émirati.

» LIRE AUSSI – Pourquoi le PSG est bien installé à la table des grands d’Europe
» LIRE AUSSI – Mbappé et Neymar, deux vraies belles gueules de Ballon d’or

Inutile de rappeler que, depuis 2017, l’Arabie saoudite et quelques-uns de ses voisins, dont les Emirats Arabes Unis, imposent un blocus au Qatar. Le récent accord d’Al-Ula laisse poindre les signes «d’une détente plus que d’une large réconciliation régionale», comme le soulignait en janvier le journaliste du Figaro Georges Malbrunot. Pas sûr que ces considérations seront au cœur des préoccupations des joueurs… Peut-être que les grands patrons se chargeront d’expliquer les tenants et les aboutissants à leurs ouailles.

ON EST EN DEMI !!!

On se retrouve au Parc des Princes @PSG_inside

#ManCitypic.twitter.com/55uVU2qSK1

— Manchester City (@ManCityFra) April 14, 2021

En attendant, c’est donc surtout de football qu’il sera question. Et sans doute du beau football. «On a quand même battu Manchester United, Barcelone et le Bayern, ça veut dire beaucoup. On est là, on fait partie des grands clubs», martelait encore «NAK» mardi. Un statut qui passera au révélateur d’une équipe de Manchester City seule au monde en Premier League (le classement ici) et qui est en finale de Coupe de la Ligue anglaise et en demies de la FA Cup, après avoir déjà fait main basse sur le Community Shield. Le PSG est également encore en course dans toutes les compétitions, avec un quart de finale de Coupe de France à suivre contre Angers, mercredi prochain, mais la situation est évidemment moins limpide qu’elle ne l’est pour City en championnat : les joueurs de Mauricio Pochettino, sur courant alternatif depuis le début de la saison en Ligue 1, pointent en deuxième position au classement, avec trois points de débours sur Lille.

Après Monaco et Lyon, au tour du PSG ?

Rappelons que le PSG disputera la troisième demi-finale de C1 de son histoire, la deuxième d’affilée (1995, 2020). Ce sera la deuxième apparition dans le dernier carré de la «Champions’» pour Manchester City, après celle de 2016, et donc la première pour Guardiola avec le club nord-anglais, le coach catalan et ses joueurs ayant dernièrement mordu la poussière face à deux clubs français, dont l’AS Monaco de Kylian Mbappé en 2017, et Lyon, l’été dernier, à Lisbonne. A la tête des Spurs, Mauricio Pochettino a aussi pris le meilleur sur Guardiola et City, en 2019. Maudit ? «On en veut plus, jure Guardiola. On va se préparer pour ce duel contre le PSG, le finaliste de la saison dernière contre le Bayern. On sait que c’est un adversaire redoutable… Ils viennent d’éliminer le Bayern Munich, qui est à mes yeux la meilleure équipe du monde actuellement. (…) Briser le plafond de verre des quarts de finale représentait un grand soulagement.» En tout cas, les deux clubs richissimes courent après une première C1, après avoir dépensé sans compter (1,3 milliard d’euros depuis 2011 pour le PSG, plus de 2 milliards depuis 2008 pour City – chiffres du site Transfermarkt).

«Favori pour le titre ? C’est un bien grand mot…» Presnel Kimpembe  

Ce n’est en tout cas pas parce qu’ils ont éliminé le tenant du titre que les Parisiens doivent se sentir pousser des ailes ou se laisser aller à une forme d’arrogance. City, c’est un énorme client. Après un début de saison cahin-caha, De Bruyne et compagnie ont trouvé leur rythme de croisière et surtout une assise défensive : seulement trois buts encaissés en Ligue des champions, dont deux face au BVB en quarts. «Favori pour le titre ? C’est un bien grand mot, tempérait Presnel Kimpembe mardi soir. Tous ceux qui sont dans le dernier carré le sont. On peut encore tomber contre de grandes équipes. Le plus important, c’était la qualification. On va essayer de savourer comme on peut. Et il faudra vite basculer sur la Ligue 1 (Saint-Etienne dimanche, ndlr).» A noter que «Presko» pourrait encore porter le brassard le 27 avril, à l’aller. Touché aux adducteurs à Munich, Marquinhos est engagé dans une course contre la montre qu’il n’est pas du tout sûr de remporter.

» LIRE AUSSI – PSG, du cœur et des tripes
» LIRE AUSSI – PSG-Bayern : les coups de cœur et coups de griffe de nos envoyés spéciaux

Une chose est sûre : Pochettino n’aura aucune raison de changer sa tactique, son jeu, sa philosophie face à City. Dans la profondeur, Kylian Mbappé et consorts auront des munitions face à des Cityzens adeptes de la possession à outrance. Charge à eux de se montrer autant de cœur, de courage et de valeurs collectives que face au Bayern Munich afin de s’inviter au stade Atatürk d’Istanbul pour la finale, le 29 mai prochain, comme l’an dernier lors du «Final 8» de Lisbonne. Ce serait contre le Chelsea de Thomas Tuchel, vainqueur de Porto en quarts (2-0, 0-1), ou le Real Madrid, tombeur de Liverpool (3-1, 0-0). Dans tous les cas, le PSG devra en passer par un parcours du combattant pour soulever, enfin, la Coupe aux grandes oreilles. Leur place au sommet de l’Europe, Neymar Jr et ses petits camarades devront la mériter, ce n’est rien de le dire…

A lire aussi

  • Les notes du PSG contre le Bayern : Neymar le magicien, Gueye le guerrier

Source: lefigaro

All sports articles on 2021-04-15

Similar news:

You may like

News/Politics 2021-04-15T17:40:36.579Z

Trends 24h

Sports 2021-05-06T18:18:35.951Z
Sports 2021-05-06T17:31:00.397Z

Latest

© Communities 2019 - Privacy