The Limited Times

Now you can see non-English news...

Le rappeur Moha La Squale condamné à six mois de détention à domicile pour outrage et rébellion

2021-04-15T08:49:48.631Z

Le rappeur Moha La Squale, de son vrai nom Mohamed Bellahmed, a été condamné ce jeudi à six mois de détention à domicile sous surveillance é Lors du procès le 18 mars, la procureure avait requis une peine de 10 mois de détention à domicile sous surveillance électronique à l’encontre du rappeur parisien, absent lors du délibéré. Le tribunal correctionnel de Paris aura été un peu plus clément : ce jeudi, il a condamné le rappeur Moha La Squale, 26 ans, à six mois de détention à domicile, sous surveillance électronique, pour refus d’obtem



Lors du procès le 18 mars, la procureure avait requis une peine de 10 mois de détention à domicile sous surveillance électronique à l’encontre du rappeur parisien, absent lors du délibéré. Le tribunal correctionnel de Paris aura été un peu plus clément : ce jeudi, il a condamné le rappeur Moha La Squale, 26 ans, à six mois de détention à domicile, sous surveillance électronique, pour refus d’obtempérer, outrage et rébellion. Il doit aussi verser entre 400 et 500 euros d’amendes aux trois policiers parties civiles.

Tout était parti d’un banal contrôle routier. Le 19 juin 2020, le rappeur Moha La Squale, de son vrai nom Mohamed Bellahmed, est interpellé par la police. Il faisait l’objet d’un mandat de recherche pour refus d’obtempérer, aggravé après un rodéo urbain un mois plus tôt dans le quartier de Ménilmontant, à Paris, sur une aire piétonne où jouaient des enfants. Dans sa fuite, il avait manqué de renverser une fillette de 9 ans.

Un mois plus tard, au volant d’une grosse berline, le rappeur disque d’or avait attiré l’attention d’un équipage de trois policiers parce qu’il ne portait pas de ceinture de sécurité, selon les fonctionnaires. Après un contrôle d’identité, et après avoir découvert qu’il était recherché, les fonctionnaires avaient voulu l’interpeller.

VIDÉO. Le rappeur Moha La Squale arrêté à Paris

Moha La Squale avait alors pris la fuite en courant, avant d’être rattrapé par les policiers, puis menotté au sol, lors d’une interpellation musclée qui avait été partiellement filmée et diffusée sur les réseaux sociaux.

Des jours d’ITT pour les policiers

Dans leur plainte, les policiers accusent le rappeur de les avoir frappés, à coups de coude, de pied et de poing, et de les avoir traités de « fils de pute ». Les fonctionnaires ont respectivement eu trente, deux et un jour d’ITT. Le rappeur, pour sa part, nie les coups et les insultes. À la barre, il assure que c’est lui qui a pris des coups. « J’ai eu une côte cassée. J’ai eu du mal à respirer pendant trois mois », insiste le rappeur de 26 ans.

Moha La Squale affirme qu’il portait bien sa ceinture de sécurité au volant de sa Mercedes. S’il est parti en courant, c’est parce qu’il a « eu peur de la police ». Dans une vidéo de la scène, projetée à l’audience, on l’entend lancer à la foule : « J’ai essayé de me vesqui (de m’esquiver, NDLR), ils m’ont tué ».

À la barre du tribunal en mars, il avançait des excuses : « Je regrette de ne pas avoir obtempéré. Je respecte les forces de l’ordre. Je suis désolé pour tout ce qui s’est passé. » Des propos qui n’avaient pas convaincu la magistrate.

Un casier judiciaire aux multiples condamnations

Le rappeur, actuellement à l’étranger selon l’avocat qui le représentait, est aussi visé par une enquête préliminaire pour violences, séquestrations et agression sexuelle à l’encontre de plusieurs de ses ex-compagnes. « Du fait de ses antécédents judiciaires » - le casier de Moha la Squale contient de multiples condamnations, notamment pour des faits de violences, séquestrations, extorsion… - et de « la gravité des faits », la procureure avait requis une peine de dix mois d’emprisonnement ferme, aménageable sous la forme d’un port de bracelet électronique à domicile. La procureure avait également réclamé une suspension de permis de conduire de six mois.

Newsletter L'essentiel du matin

Un tour de l'actualité pour commencer la journée

S'inscrire à la newsletterToutes les newsletters

LIRE AUSSI > Agressions sexuelles : le rappeur Moha La Squale visé par une 4e plainte

Des réquisitions « déconnectées de la réalité », s’offusquait alors Me Élise Arfi, l’avocate de Moha La Squale. « Une peine de bracelet empêcherait Mohamed de poursuivre ses activités artistiques », redoutait-elle, estimant qu’un simple sursis serait une peine de suffisante « pour que justice soit rendue ».

Moha La Squale a été l’une des grandes révélations de l’année 2018 avec son premier album « Bendero », plébiscité par le public (plus de 50 000 exemplaires vendus) et par la critique. Nommé aux Victoires de la musique 2019, l’artiste charismatique aux cheveux longs, passé par le Cours Florent, s’était fait repérer avec des « freestyles » postés sur Facebook et YouTube, où on le voit rapper dans sa cuisine ou dans son quartier de Ménilmontant.

Source: leparis

All tech articles on 2021-04-15

You may like

Trends 24h

Tech/Game 2021-05-18T23:18:57.996Z
Tech/Game 2021-05-18T21:36:27.054Z
Tech/Game 2021-05-18T23:20:11.961Z
Tech/Game 2021-05-18T22:06:01.326Z

Latest

© Communities 2019 - Privacy