The Limited Times

Now you can see non-English news...

Voitures: les entreprises en pleine incertitude

2024-02-22T14:22:34.925Z

Highlights: L’instabilité fiscale and réglementaire complique les choix automobiles des sociétés and des gestionnaires de parcs. L’organisation du travail est remise à plat. Les entreprises ne sont pourtant pas compliquées. La fiscalité, on l’aura compris, favorise le passage to the électrique. La mise en place du score environnemental est destinée.


L’instabilité fiscale et réglementaire complique les choix automobiles des sociétés et des gestionnaires de parcs. Pour compenser la hausse des coûts, l’organisation du travail est remise à plat.


Ce n’est pas une fatalité si les prises de commandes des constructeurs commencent à décrocher. Face à un environnement aussi opaque que complexe, particuliers comme professionnels estiment qu’il est urgent d’attendre. Entre la hausse des prix des véhicules, l’inflation des tarifs de l’énergie (essence et électricité), les informations contradictoires autour des interdictions de circulation liées aux zones à faibles émissions (ZFE) et les changements de pied inopinés de la fiscalité, les consommateurs sont perdus.

Les entreprises ne sont pourtant pas compliquées. En matière de gestion de parcs automobiles, elles ont besoin de visibilité, de clarté et de stabilité pour planifier les dépenses afférentes à cet investissement important. Or, depuis quelques années, elles évoluent dans un épais brouillard. La faute à l’instabilité fiscale et réglementaire qui découle pour une large part de l’incurie et de la position dogmatique de nos dirigeants et qui a installé le doute et le scepticisme dans l’esprit des chefs d’entreprise. Une taxation «sévérisée» et l’invention de nouvelles taxes ne peuvent être l’unique réponse au besoin de sobriété et à l’urgence climatique.

Passage à l’électrique

En un an, les charges fiscales et sociales relevant du coût total de détention - le fameux TCO - ont augmenté de 11,6 %. L’an prochain, selon le projet de loi de finances (PLF), le malus au poids va être alourdi, débutant à 1,6 tonne, contre 1,8 tonne précédemment, le seuil de déclenchement du malus relatif au CO va baisser de 5 g/km et son plafonnement est supprimé. De même, les véhicules hybrides voient leurs avantages en grande partie supprimés tandis que les hybrides rechargeables seront soumis à un malus au poids à partir de 2025. Adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, le PLF sera débattu au Sénat le 23 novembre prochain.

La fiscalité, on l’aura compris, favorise le passage à l’électrique. Là encore, les surprises attendent les consommateurs. La mise en place du score environnemental est destinée à favoriser les véhicules électriques produits en Europe. Sachant que certains de ces modèles embarquent des batteries produites en Chine, le score relève d’une usine à gaz. D’ailleurs, le vrai TCO d’un modèle électrique reste méconnu si l’on prend en compte le coût d’installation des infrastructures de recharge. Une certitude: ces véhicules vont imposer une nouvelle organisation du temps de travail.

Source: lefigaro

All business articles on 2024-02-22

You may like

News/Politics 2024-04-08T17:54:26.947Z
News/Politics 2024-02-22T19:42:34.396Z
Business 2024-02-22T14:22:34.925Z

Trends 24h

Latest

© Communities 2019 - Privacy

The information on this site is from external sources that are not under our control.
The inclusion of any links does not necessarily imply a recommendation or endorse the views expressed within them.